Prologue de « Mourir en août »

Poster un commentaire

29/06/2013 par Thomas Fiera

Voilà les premières phrases du roman policier « Mourir en août« .

 

C’est bien et ça cause de moi. C’est dire.

 

« Regarder une balle de fort calibre voler au ralenti vers votre tête est une expérience que je ne saurais trop recommander à tout un chacun. Prisonnier du tunnel que sa trajectoire creuse dans la fraîcheur du soir, le projectile glisse vers mon visage avec l’entêtement borné d’une tragédie imminente. La fusillade, les hurlements, l’odeur âcre de la poudre et celle du sang, tout cela est loin, décalé, ailleurs. Il n’y a plus que moi et cette balle qui voyage rêveusement vers le rendez-vous qu’elle m’a fixé. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 000 autres abonnés

Stats du Site

  • 149,916 visites

Une radio interdite aux cons !

écoutez la radio des auteurs

Faites gaffe !

Tous ces textes m'appartiennent, vu que je me suis cassé les choses à les écrire. Alors je tiens à prévenir celui qui serait tenté de les détourner sans citer ses sources ou a des fins personnelles qu'il aura la visite d'Adélaïde Renucci. Voilà. Vous êtes prévenus. Non mais !

Vous perdez rien pour attendre.

Le jour où je vais mettre des baffes à tout ce qui bouge17 août 2037
19.8 années restant(s)

Archives

%d blogueurs aiment cette page :