Ma fine équipe

1

22/08/2013 par Thomas Fiera

Je fais souvent référence dans ces pages, à différents amis avec lesquels je travaille souvent. Afin d’éclairer ceux d’entre-vous qui n’auraient pas encore lu l’excellent roman consacré à nos aventures, j’en insère ici un court extrait afin de vous présenter ces joyeux lurons que vous pouvez aussi mieux découvrir :

 

Restait ma fine équipe d’intellos en rupture de ban. Quatre aventuriers au parcours atypique qui au fil des années et des affaires vécues en commun avaient fini par devenir des amis. Ex universitaires,chercheurs, intellectuels, scientifiques de haut niveau, tous ces gens avaient comme moi, et pour des raisons diverses, tourné le dos à leurs vies passées, aux honneurs et à la respectabilité pour se consacrer à des activités parfois légales mais rarement orthodoxes.
Ils vivaient dans cette zone grise, cette frange floue et mouvante qui sépare le monde de la légalité de celui du crime : hacking, espionnage industriel, traficotages en tout genre, contrebande, recel, etc. Ce n’étaient pas des anges, ces miens auxiliaires, mais pas davantage des criminels. Du moins pas à mes yeux. Je les avais choisis parce qu’ils possédaient cette espèce d’honnêteté fondamentale, de sens éthique qui sépare le gentilhomme de fortune de la crapule de bas étage. En d’autres temps, ils eussent appartenu aux troupes garibaldiennes ou aux Brigades Internationales. C’étaient d’incurables romantiques, un peu anars et franchement allergiques à la bien-pensance et à l’ordre établi.
Quoi qu’il en soit et même si pour ma part j’avais choisi de rester plus près de la zone éclairée par la loi, j’aimais les savoir là, dans l’ombre, toujours prêts à m’aider ou à me conseiller.
Mes quatre francs-tireurs :
Emmanuelle Tissier. 32 ans. Dite Manu. Dite Main Nue. Dite la Mouche. Docteur en Philosophie, spécialiste de Saint Thomas d’Aquin et de l’escalade à main nue. A utilisé ses talents de monte-en-l’air dans plusieurs effractions de sièges de partis politiques. S’est peut-être laissée tentée par un ou deux cambriolages plus conventionnels et surtout plus lucratifs. Actuellement membre actif d’un groupuscule d’eco-warriors dont le but est de freiner la construction de divers ouvrages hydrauliques dans les alpes. Ses « commandos » ont déjà coûté plusieurs centaines de milliers d’euros à EDF et à quelques grosses boîtes de BTP.
Frederick Carpenter. 38 ans. Dit Fred. Citoyen américain. Ingénieur en informatique diplômé du MIT. Mathématicien et logicien distingué ayant étudié à Oxford. Au moins deux théorèmes portent son nom. Spécialiste de l’intrusion informatique et du bousillage de site institutionnel. Par ailleurs, fervent acteur de la lutte contre les virus informatiques qu’il considère comme une fourberie infâme. Il est payé très cher par des compagnies multinationales afin de « vacciner » leurs gros systèmes contre ces véroles tueuses de données. Il en profite pour se ménager des trappes dans lesdits
systèmes afin de mieux les pirater. Un seul défaut connu : il est parfois un peu lourd.
Richard Dupont-Laville. 36 ans. Polytechnicien. Diplômé en économie. Spécialiste des
montages financiers tordus et grand traqueur d’argent sale devant l’éternel. Il travaille à son compte et s’amuse à piquer, via leurs sociétés off-shore du Luxembourg ou des îles Caïmans, l’argent de divers trafiquants. Il en dépense une bonne partie auprès de ses nombreuses conquêtes féminines et distribue le reste à des mouvements caritatifs. Richard est toujours à sec et il y a, aux quatre coins du monde, des tas d’affreux qui paieraient cher pour savoir où et qui il est.
Adélaïde Renucci. 41 ans. Dite Adélaïde. (Il ne viendrait à l’idée de personne d’affubler d’un surnom une Adélaïde qui combine le physique d’une escort girl, avec l’affabilité d’une veuve corse, la jovialité d’une héroïne de tragédie antique et la dangerosité d’un cobra paranoïaque.) Linguiste et grammairienne. A séjourné au moins dix ans en Afrique où elle a décrit quatre idiomes peu connus et probablement participé à deux guérillas marxistes, notamment en organisant un trafic d’armes.
Rompue à divers sports de combats et au maniement des principales armes à feu, elle semble avoir été présente lors de l’élimination physique d’un tyran africain bien connu. Les barbouzes des affaires africaines lui foutent la paix. Moi aussi.

 

Et voilà…
Mon équipe était constituée et il ne me restait plus qu’à les contacter

Publicités

Une réflexion sur “Ma fine équipe

  1. […] des abrutis incompétents à la tête des ministères. Je ne nommerai donc que les membres de ma fine équipe qui ont déjà amplement démontré leur loyauté et leur […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 000 autres abonnés

Stats du Site

  • 149,916 visites

Une radio interdite aux cons !

écoutez la radio des auteurs

Faites gaffe !

Tous ces textes m'appartiennent, vu que je me suis cassé les choses à les écrire. Alors je tiens à prévenir celui qui serait tenté de les détourner sans citer ses sources ou a des fins personnelles qu'il aura la visite d'Adélaïde Renucci. Voilà. Vous êtes prévenus. Non mais !

Vous perdez rien pour attendre.

Le jour où je vais mettre des baffes à tout ce qui bouge17 août 2037
19.8 années restant(s)

Archives

%d blogueurs aiment cette page :