L’insupportable pesanteur du Moi.

Poster un commentaire

18/10/2013 par Thomas Fiera

Bon dieu de merde !

Qu’il est pénible d’être soi ! Jour après jour. A chaque minute, chaque seconde ! Porter ce fardeau, cette armure, ce masque étouffant.

Savoir jusqu’à la nausée ce que l’on va dire, ce que l’on va faire. Savoir que chaque miroir, chaque vitre, chaque flaque d’eau à Paris ou à Oulan-Bator nous renverra toujours cette même image à jamais familière et définitivement étrange et étrangère.

Cette terrible prison qui n’est pas moi et que je suis condamné à être.

Supporter à perpétuité cet inévitable colocataire imposé que nous sommes tous à nous-mêmes. Sans surprise. Sans rémission. Sans espoir.

Être une heure, une heure seulement chantait Brel.

Être une heure quelqu’un d’autre.

Tiens, je serai même prêt, pendant une heure, à être ce pignouf là, l’autre, mon Watson à moi, Ferrero.

Mouais…

Quoique.

Faut pas exagérer non plus.

Finalement ne changez rien.

Je vais rester qui je suis.

Encore un peu.

Juste un peu.

Un tout petit peu.

 

Un jour je partirai

J’irai droit devant moi

Tout droit

Tout droit

Je m’en irai là-bas

Tout droit

Tout droit

J’irai où va le ciel

Tout bas

Tout bas

J’essaierai d’oublier

Tout ça

Tout ça

J’entrerai dans la mer

Et tout sera fini.

 

Bref.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 1 999 autres abonnés

Stats du Site

  • 149,508 visites

Une radio interdite aux cons !

écoutez la radio des auteurs

Faites gaffe !

Tous ces textes m'appartiennent, vu que je me suis cassé les choses à les écrire. Alors je tiens à prévenir celui qui serait tenté de les détourner sans citer ses sources ou a des fins personnelles qu'il aura la visite d'Adélaïde Renucci. Voilà. Vous êtes prévenus. Non mais !

Vous perdez rien pour attendre.

Le jour où je vais mettre des baffes à tout ce qui bouge17 août 2037
20 années restant(s)

Archives

%d blogueurs aiment cette page :