Reprendre la main !

4

26/05/2014 par Thomas Fiera

Les démocrates, de tous horizons doivent arrêter de geindre, de se lamenter et reprendre la main de toute urgence.

Mais d’abord : comprendre.

Le pacte social qui unit un individu à une société démocratique est très simple : je renonce à une part de ma liberté et accepte de me plier aux règles et aux lois, en échange d’un accroissement ou d’une préservation de ma sécurité et de mon bien être.

Mais depuis bien des années ce pacte a été rompu.

Les doctes clercs qui nous gouvernent et croient tout savoir sur tout, nous expliquent que c’est bien dommage mais qu’il nous faut désormais accepter de plus en plus de contraintes tout en ayant de moins en moins de sécurité.

C’est la modernité nous dit-on, le progrès, la mondialisation, l’ère post-moderne et tout un tas d’autres balivernes du même tonneau.

Curieusement ces bons clercs – qu’ils se revendiquent de gauche ou de droite – ne s’appliquent jamais à eux-mêmes ces durs principes et semblent vivre au contraire en subissant de moins en moins de contraintes et en bénéficiant de plus en plus de sécurité : délits d’initiés, petits arrangements entre amis, corruption, autoamnistie, parachutes dorés, stock-options, etc, etc.

Les sociétés démocratiques glissent de plus en plus vers un système oligarchique où ceux qui ont beaucoup en veulent encore plus, comme ces goinfres avides qui lorgnent sur l’assiette du voisin alors même qu’ils ont encore la bouche pleine.

L’avidité sans frein devient la règle. Une règle déréglée et folle qui conduit certain à ne jouir de ce qu’ils possèdent que s’ils sont sûrs que les autres ne le possèdent point.

Avidité. Egoïsme. Egotisme. Autisme.

Nous devenons sourds les uns aux autres puisque l’autre n’est plus qu’un concurrent, un rival, un danger.

A quoi bon alors accepter ce pacte s’il nous coûte plus qu’il ne nous rapporte ?

Quel est le sens de tout cela ?

Mauvaise question nous font comprendre les doctes clercs… Songe creux. Pensée dangereuse et néfaste.

Et ils nous invitent à plier l’échine, à faire le gros dos et à nous résigner. L’espoir est au-dessus de nos moyens nous expliquent-ils. L’économie commande et nous exécutons. Une économie transformée en un Moloch insatiable dans la gorge duquel nous avons immolé des générations entières de citoyens sacrifiés au nom de l’intérêt supérieur de la société.

Mais comment l’intérêt de la société pourrait-il être supérieur à l’intérêt de L’ENSEMBLE de ses membres ? C’est une absurdité. Une arnaque. Une imposture.

Mais c’est pourtant cela que l’on essaye de nous faire croire depuis des années. C’est une bien grosse couleuvre et nous avons néanmoins essayé de l’avaler en bons petits soldats que nous sommes.

Bien sûr, ici ou là, à gauche, à droite, au centre ou ailleurs, quelques individus ont essayé d’objecter, de contester, de lutter contre cette imposture. Mais généralement sans succès : manque de charisme, solutions fumeuses, idées farfelues, remèdes pires que le mal…

A sa façon, Marine Le Pen lutte aussi contre cette imposture et c’est ce qui la rend dangereusement efficace auprès de l’électorat : elle parle aux citoyens de l’immense injustice qui leur est faite. Elle dit qu’on a confisqué la République au peuple et elle a raison.

C’est même bien le seul point sur lequel elle a raison car le reste de son discours n’est que mensonge, manipulation, délire et fantasme.

Elle truque les chiffres, viole les faits et biaise la réalité pour accoucher du diagnostic paranoïaque qui lui convient.

Et en réponse à ce diagnostic qui joue sur les peurs et les haines sa seule proposition, son unique solution est d’arrêter la marche du temps, d’inverser la rotation de la Terre et de repartir dans le passé.

Elle essaye de nous vendre un monde fantasmatique qui n’a jamais existé, quelque chose entre le petit Nicolas et les gravures de Norman Rockwell, un monde sans crise pétrolière, sans Internet, sans tensions internationales. Un monde de petits villages autarciques ou des enfants blonds s’amusent sans danger dans un décor de boite de camembert. Un monde où tout le monde s’appelle Dupont. Un monde mort, immobile, figé.

D’autres l’ont déjà promis ce monde-là et ceux qui ont cru à cette fable n’y ont trouvé qu’un goût de cendre et de cadavre.

Il est faux de dire que nous ne pourrions choisir qu’entre une insupportable résignation et un cauchemardesque retour en arrière.

Les choix existent, les alternatives existent.

Elles impliquent du courage, de l’imagination, de la créativité, du désir, de l’entraide.

Cela ne tient qu’à nous.

Cessons d’être un troupeau aveugle, reprenons notre destin en main. Échangeons, confrontons, discutons, construisons. Agissons.

Cessons de n’être que des consommateurs ou des producteurs pour redevenir des citoyens et des humains avant tout.

Les solutions ne sont ni de gauche, ni de droite. Elles sont humaines.

La société est au service de l’humanité et pas le contraire.

Rappelons-nous de cela avant qu’il ne soit trop tard.

Et toc !

Publicités

4 réflexions sur “Reprendre la main !

  1. mach2chris dit :

    La question est posée, enfin une analyse à tête froide. Mais la solution?

    • Thomas Fiera dit :

      Je ne crois pas à l’idée de solution toute faite. C’est justement cette approche technocratique qui nous a foutu dans la merde. Nous devons réapprendre à être citoyens. Reprendre le chemin des réunions publiques, des conseils municipaux et mettre en place une véritable démocratie participative. L’intelligence collective doit prendre le pas sûr la pensée technocratique et l’aveuglement idéologique.

  2. ben..je suis d’accord, mais là, maintenant, je doute d’une intelligence collective ( la collectivité étant plus prompte à la haine qu’à l’intelligence ou la solidarité ) Moi, perso, je n’ai pas à réapprendre quoi que ce soit, j’essaie toujours de parler, d’échanger, d’écouter, par les histoires que je lis aux enfants ( que je lisais ) j’ai transmis des « valeurs » humaines de tolérance, d’écoute, et de partage, je considère avoir tout tenté ou fait pour être citoyenne. Peut-être que ça paraîtra présomptueux, mais c’est vrai, comme ça doit l’être pour toi, si je ne me trompe pas à ton sujet. Depuis quelques temps, je n’ai rencontré que des gens qui ont abusé, qui m’ont abusée, jouant de ma grande naïveté, au même titre que les politiques. C’est l’humanité en laquelle je me suis obstinée à croire dont je commence à douter ( après tout ce temps, faut-il être bête ! )

  3. Tancrède de Hauteville dit :

    Diable, il faut vous faire entrer dans la Pléiade, vous !
    « Les alternatives existent : elles impliquent du courage, de l’imagination, de la créativité, du désir, de l’entraide… Les solutions ne sont ni de gauche, ni de droite, elles sont humaines. »
    Amen, mon père !
    Je n’ai pas lu une pensée politique aussi profonde depuis mes années de fac où je découvrais les écrits de Machiavel et de Thomas Hobbes, au moins.
    Et puis, sans vous, je n’aurais jamais su qu’Hitler et Mussolini avaient comme projet « cauchemardesque » un monde de petits villages autarciques semblables à des boîtes de camembert. Je croyais que leur projet c’était la guerre totale et le génocide de masse agrémenté de la destruction des nations historiques, justement héritées d’un passé qu’ils jugeaient aussi mort et mortifère que vous. Mais bon, mes connaissances historiques sont peut-être moins élaborées que les vôtres.
    Trêve de plaisanterie, je ne vais quand même pas passer tout mon week-end à lire vos âneries bien-pensantes…

    MARINE PASSERA, comme on disait il y a quelques années…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 000 autres abonnés

Stats du Site

  • 149,916 visites

Une radio interdite aux cons !

écoutez la radio des auteurs

Faites gaffe !

Tous ces textes m'appartiennent, vu que je me suis cassé les choses à les écrire. Alors je tiens à prévenir celui qui serait tenté de les détourner sans citer ses sources ou a des fins personnelles qu'il aura la visite d'Adélaïde Renucci. Voilà. Vous êtes prévenus. Non mais !

Vous perdez rien pour attendre.

Le jour où je vais mettre des baffes à tout ce qui bouge17 août 2037
19.8 années restant(s)

Archives

%d blogueurs aiment cette page :