Le bal des tapeurs d’incruste

11

13/01/2015 par Thomas Fiera

Il ne vous aura pas échappé que dans tous les événements tragiques ou festifs, il y a toujours des resquilleurs, de pauvres abrutis pathétiques qui essayent de s’incruster dans la photo ou qui s’agitent derrière le journaliste ou le présentateur pendant qu’il fait son boulot face à la caméra.

La marche Républicaine n’a pas échappé à cette règle et l’on a pu ainsi observer trois formes différentes mais finalement semblables de resquille narcissique et égotiste.

sarko-incrust-illu

Le premier cas, qui n’a surpris personne, est celui de notre Joe Dalton national, ancien Président de la République et conférencier de luxe, j’ai nommé Nicolas (nabotleon) Sarkozy… Ulcéré d’être relégué au second rang par le protocole lors de la microscopique promenade digestive de nos dirigeants, le tout-petit-Nicolas a fait son Iznogoud pour se faufiler de façon subreptice au premier rang et figurer ainsi sur la photo historique. C’est ridicule, mesquin, pathétique et cela montre le niveau de préoccupation d’un homme qui, toute honte bue,  rêve de nous jouer l’éternel retour et ose se prétendre chef d’état. Des tas de quoi, on se le demande…

Bref.

« Puisque c’est comme ça je boude… », « Puisque c’est comme ça, je vais dans ma chambre »… Vous vous souvenez, enfant, quand vous profériez ce genre de menace supposée tétaniser de trouille et de culpabilité vos parents et votre famille dans sa totalité ? Vous vous souvenez également que toute la parentèle s’en battait les choses à deux mains, voire se félicitait plutôt de ne plus avoir votre gueule de hareng boudeuse sous les yeux et qu’après quelques minutes d’âpre solitude vous reveniez dans le salon, en essayant de rassembler les derniers lambeaux d’un amour propre en charpie ? Et bien une qui semble avoir oublié la leçon, c’est la mère Marine, l’amère Marine devrait-on dire. Elle a voulu nous faire le coup de la victime, de la martyre même, croyant sans doute que le peuple tout entier, à genoux, sanglotant, allait l’implorer de revenir de son exil provençal afin de guider le sursaut républicain. Peau de balle ! Il en a rien à foutre le peuple de la grosse blondasse ! Faut dire que déguisée en Marianne, elle nous aurait plutôt des allures de camionneur travesti ce qui, vous en conviendrez, est tout de même moins chic.

Le Pen, France's far-right National Front political party leader and member of the European Parliament, addresses journalists during a press briefing at the European Parliament in Strasbourg

Va falloir qu’elle marine, Le Pen, avant de sortir de ce jus dans lequel elle s’est foutu elle-même. Bien fait pour sa gueule. Pas moi qui vais la plaindre…

Bref.

Enfin, le bal des tordus aurait été bien terne sans la contribution de Dieudonné Mbala Mbala qui n’allait quand même pas rater une aussi belle occasion d’exhiber le cloaque qui lui sert de cerveau. Tout d’abord, il crut bon d’ironiser sur l’ampleur de la mobilisation citoyenne, avec d’ailleurs à peu près autant de crédibilité qu’un chihuahua se masturbant sur le sabot d’une girafe. Cela lui procura sans doute une petite secousse, mais il fut naturellement le seul à la ressentir. Egoïste va !

dieudonne-et-cyril-hanouna

Probablement un peu déçu, il en rajouta une couche en affirmant qu’il se sentait Charlie Coulibaly, du nom du pauvre crétin responsable de la prise d’otage sanglante de Vincennes.

Outre le fait que ce n’est pas drôle, même pas un peu (un comble pour un mec qui pense être le plus grand comique depuis l’inventeur du coussin péteur), on peut surtout s’interroger sur le sens de cette phrase. Ça veut dire quoi «  je me sens Charles Coulibaly » ?

Ça veut dire qu’il défend, voire encourage ce genre d’acte criminel ? Qu’il est prêt, les armes à la main à décimer la rédaction de « modes et travaux » ou celle de « Mickey magazine » ? Qu’il aspire à mourir en martyr, barricadé dans ses toilettes ?

Non, je ne crois pas. Il aime trop son fric et la vie facile que lui procurent les milliers de clients et de gogos qui gobent sans discuter son grand numéro de rebelle à la mie de pain.

Alors est-ce que ça veut dire qu’il est ému par la dérive d’un jeune con qui au lieu de vivre sa vie a détruit celle des autres avant de fracasser la sienne ?

Je ne pense pas non plus. Pour cela il faudrait que ce triste sire soit capable d’émotion, d’empathie, de compassion. Or le seul amour de Dieudonné c’est Dieudonné. C’est qu’il s’aime cet homme-là. Il n’y a qu’à voir la façon gourmande et gourmée dont il savoure ses propres saillies, ses propres blagues. Il en salive, il en jouit. En gros bébé égocentrique qu’il est, il fonctionne en circuit fermé, sourd et aveugle à tout ce qui n’est pas lui.

Alors ça veut dire quoi ?

Rien.

Ça ne veut rien dire.

Il fait juste son intéressant, gros pantin pathétique obligé de draguer le caniveau pour y trouver les nouvelles blagues qui feront parler de lui. Histrion hystérique coincé dans le désir de son public, il joue la surenchère, comme un sale gosse qui se grise et s’enivre en beuglant des mots de plus en plus gros et de plus en plus sale.

Lui qui se prend pour un génie malmené n’est en réalité qu’un sadique anal n’ayant pas dépassé le stade du caca boudin zizi poil. Et ça le fait rire. Et quelques tarés avec lui. Des tarés qui vont répéter caca boudin zizi poil avec des mines de matamores et se prendre pour de grands rebelles.

Certains voudraient le faire taire, l’interdire, le censurer.

C’est tentant, c’est vrai.

Comme il est tentant de l’assommer à coup de salami ou de l’obliger à se taper les œuvres complètes de Marguerite Duras (oui, même les films…).

Mais pour ma part j’ai évolué sur cette question (la question de la censure, pas celle du salami) et je commence à me dire que ce mec étant à lui-même son pire ennemi, il peut y avoir un intérêt à le laisser parler et dégoiser ses conneries : il finira par aller trop loin.

Je crois que c’est ce qu’il vient de faire en dessillant les yeux de certains de ses supporters. Les moins fanatiques, les moins « atteints » parmi ces derniers commencent à réaliser que Dieudonné est comme une vieille pute trop fardée : le maquillage a de plus en plus de mal à cacher la vérole.

Et toc !

 

 

 

Publicités

11 réflexions sur “Le bal des tapeurs d’incruste

  1. Encore un très bon billet, juste acide comme je les aime.
    Juste passé vite au dessus de « de la microscopique promenade digestive de nos dirigeants ». Rien de bien grave puisque sur tout le reste nous sommes d’accord.

    • Thomas Fiera dit :

      Merci. Concernant la promenade, j’avais rëvé de dirigeants plus proche du peuple. Mais je suis un reveur…

  2. bobcestmoi dit :

    beau billet pour une belle manif

  3. Louisette58 dit :

    Drôle ! Enlevé ! Enjoué ! Et très vrai en un mot « j’aime » ==> oui j’aurai pu me contenter de cliquer sur la petite étoile bleue 😉

  4. Une fois de plus,double peine pour les familles,face a ce triste sire exhibé ainsi qu’a la surmédiatisation des assassins… A quant une série TV , peux être même un film au cinéma …!!! Nous vivons une époque formidable …!!! Je suis  » TRISTE « .

    • Thomas Fiera dit :

      J’espère que cette tristesse – que nous sommes quelques millions à ressentir – pourra être le socle d’une réelle remise en question de nos façons de vivre…

  5. METZGER dit :

    L’humour de Dieudonné n’est pas compris des roquets. Même pas saisi « je suis Coulibaly » ?
    Narcisse Fiera domine dans notre société. Je m’aime et c’est réciproque, je me ferai empaillé quand je serais mort, et en attendant, le mariage pour tous ne pourrait-il s’appliquer à soi-même en personne ? Je me kiffe grave au milieu de crapauds répugnants. Peut-être une douche froide pourrait aider ? Je cafarde sans ma glace, dites-moi combien je suis le plus extraordinaire ! Tout le monde est égo, moi plus que d’autres. Cher membre de la secte des adorateurs de son fion, si vous ne comprenez pas, faites nous l’aumône du silence dans l’impuissance, de l’impasse sur ce qui vous dépasse. Panem et circenses. Foot, jeux, américonneries, japoniaiseries, Ifaune, Facecul, Tweetecon, Maque-daux, Kentuky Fried Chiken, la panoplie complète du décérébré est à votre disposition. L’encoprésie littéraire du beauf franchouillard est présent dans ce blog. Recherche talent désespérément… Mais au pays des aveugles…. Voir comiques troupiers de service autorisé sur mass-médias. C’est pas une philippique, c’est une charria de barbu parlant d’un hérétique ! Si seulement c’était drôle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 1 999 autres abonnés

Stats du Site

  • 149,508 visites

Une radio interdite aux cons !

écoutez la radio des auteurs

Faites gaffe !

Tous ces textes m'appartiennent, vu que je me suis cassé les choses à les écrire. Alors je tiens à prévenir celui qui serait tenté de les détourner sans citer ses sources ou a des fins personnelles qu'il aura la visite d'Adélaïde Renucci. Voilà. Vous êtes prévenus. Non mais !

Vous perdez rien pour attendre.

Le jour où je vais mettre des baffes à tout ce qui bouge17 août 2037
20 années restant(s)

Archives

%d blogueurs aiment cette page :