On a bien le droit de se faire plaisir non ?

2

09/08/2015 par Thomas Fiera

Je suis très touché par cette très jolie critique « d’Antithèse », ma dernière aventure de publiée chez les éditions du 38…

Alors bien sûr Ferrero va encore se la péter – il faut bien qu’il se fasse mousser de temps à autre le pauvre… – mais en fait tout le mérite m’en revient.

Belle critique en tout cas, pas seulement parce qu’elle est très élogieuse mais surtout parce que – une fois n’est pas coutume – l’auteur de ce texte a réellement lu le roman dont il est question et s’efforce d’en parler plutôt que de parler de lui-même (ou d’elle-même je ne sais pas…)…

Bref, allez lire ça ou Adélaïde passera vous voir pour discuter avec vous d’espérance de vie et de contrat obsèques…

Et toc !
http://quatresansquatre.com/article/chronique-livre-antith-se-de-jean-baptiste-ferrero-1439046320

couverture antithèse

Publicités

2 réflexions sur “On a bien le droit de se faire plaisir non ?

  1. fred chabrol dit :

    tout nouveau sur ce blog:je sens que je vais aimer a sa juste valeur!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 000 autres abonnés

Stats du Site

  • 149,916 visites

Une radio interdite aux cons !

écoutez la radio des auteurs

Faites gaffe !

Tous ces textes m'appartiennent, vu que je me suis cassé les choses à les écrire. Alors je tiens à prévenir celui qui serait tenté de les détourner sans citer ses sources ou a des fins personnelles qu'il aura la visite d'Adélaïde Renucci. Voilà. Vous êtes prévenus. Non mais !

Vous perdez rien pour attendre.

Le jour où je vais mettre des baffes à tout ce qui bouge17 août 2037
19.8 années restant(s)

Archives

%d blogueurs aiment cette page :