Macron coince la bulle…

4

09/02/2017 par Thomas Fiera

Depuis l’antiquité de nombreux philosophes, notamment Montaigne et Blaise Pascal, écrivirent que Dieu était un cercle dont le centre était partout et la circonférence nulle part, habile et élégante façon de dire qu’il était infini, sans limite et omniprésent.

Moi qui ne suis pas du genre à me saouler au vin de messe et qui suis plus doué pour la mécréance que pour les claquettes, j’avais toujours trouvé la formule bien trouvée mais néanmoins un peu artificielle : ça ne veut pas dire grand-chose, c’est obscur et du coup ça semble profond.

Bref.

Et puis Macron vint !

Et soudain je compris.

Car Macron, lui, est un cercle dont le centre est nulle part et la circonférence partout : pas de programme, pas de discours, pas de fond, que de la surface, de l’apparence, du vent.

Macron est une bulle.

Les bulles peuvent parfois voler très loin, mais elles finissent toujours par éclater et quand elles vous éclatent dans la figure, ça pique les yeux.

Macron n’est ni de gauche, ni de droite, ni du centre et voudrait nous faire croire qu’il est de partout alors qu’il n’est de nulle part.

Macron n’a pas de programme parce qu’il voudrait nous faire croire que c’est parce qu’il est à notre écoute, alors qu’il n’a tout simplement rien à dire.

Macron n’est ni chair, ni poisson ; ni chou, ni chèvre ; ni philosophe, ni banquier. Macron est un caméléon poli et propre sur lui qui résume à lui tout seul la vacuité d’une époque relativiste où tout se vaut et où les choses désormais ont moins d’importance que le discours sur les choses.

Macron est une bulle, chatoyante, irisée et qui, comme toutes les bulles, attirent les regards, fait courir les enfants et emplit les cœurs d’un optimisme irraisonné.

Mais avant d’être légère, la bulle est surtout creuse, pleine de rien… Elle n’est qu’une membrane coincée entre deux vides… Et si elle chatoie, ce n’est que parce qu’elle capture la lumière pour mieux la diffracter.

Macron, comme tous les Narcisse, finira noyé dans son propre reflet...

Macron, comme tous les Narcisse, finira noyé dans son propre reflet…

La bulle nous promet beaucoup mais ne nous donne rien et Macron l’imposteur, le faux philosophe, le vrai banquier et l’authentique petit marquis déloyal fera de même avec tous les enfants qui courent après lui en croyant à ses mirages.

Sarkozy nous prenait pour des glands.

Fillon nous prend pour des serfs.

Macron, lui, ne nous prend pour rien du tout, car tout entier empli de son vide abyssal, perdu dans l’admiration sans frein de sa propre et éblouissante vacuité, il ne nous perçoit que comme autant de miroir dans lesquels il peut s’admirer inlassablement.

Mais les bulles éclatent.

Les miroirs se brisent.

Et Macron finira comme tous les Narcisses : noyé dans son propre reflet.

Et toc !

Publicités

4 réflexions sur “Macron coince la bulle…

  1. cowboygf dit :

    et hollande?

  2. Cyril dit :

    Alors là bravo! Quel texte (beaucoup plus inspiré que le suivant sur Le Pen).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 1 999 autres abonnés

Stats du Site

  • 149,481 visites

Une radio interdite aux cons !

écoutez la radio des auteurs

Faites gaffe !

Tous ces textes m'appartiennent, vu que je me suis cassé les choses à les écrire. Alors je tiens à prévenir celui qui serait tenté de les détourner sans citer ses sources ou a des fins personnelles qu'il aura la visite d'Adélaïde Renucci. Voilà. Vous êtes prévenus. Non mais !

Vous perdez rien pour attendre.

Le jour où je vais mettre des baffes à tout ce qui bouge17 août 2037
20 années restant(s)

Archives

%d blogueurs aiment cette page :