Un polar casher !

1

07/05/2017 par Thomas Fiera

Vous qui me connaissez un peu, vous savez bien que mes enquêtes m’entraînent souvent dans des coins plutôt bizarres, souvent risqués et que les méchants qui me tombent sous la griffe se contentent rarement de piller le tronc des pauvres ou de piquer à l’étalage.

Sans vouloir frimer – ce n’est pas du tout mon genre – et jouer le hâbleur, il n’y a pas grand chose qui me fasse peur et mes aventures relevées au Tabasco sont la pour le prouver.

Mais là, je dois dire : bluffé je fus !

C’est que faire partie de la police criminelle entre Jérusalem, Tel Aviv et les territoires occupés ça place la barre très haut niveau emmerdes, embrouilles et terrain miné. A côté de Danny et Guy, les deux héros de Pierre Pouchairet, j’ai un peu l’impression de jouer en division poussin.

Je les avais déjà croisés dans un premier roman intitulé « Une terre pas si sainte » et je viens de les retrouver dans l’excellent « A l’ombre des patriarches » et si le premier m’avait plu, le second m’a enthousiasmé.

Un roman âpre et humaniste…

C’est d’abord un excellent polar, emmené par un duo sympathique de flics israéliens d’origine française qui tentent de faire honnêtement leur boulot dans un environnement qui est une véritable poudrière militaire, politique et diplomatique.

C’est aussi une passionnante plongée dans un univers totalement incroyable où la folie a pris le pas sur la raison, le fanatisme sur le bon sens et où les simples humains sont broyés par la haine et la rancœur.

Mais je dois dire que ce qui m’a le plus impressionné dans ce roman c’est qu’il réussit à décrire l’effroyable complexité de la situation sans tomber ni dans le parti pris, ni a contrario dans une espèce d’angélisme bien pensant qui renverrait tout le monde dos à dos.

« A l’ombre des Patriarches » est un roman humaniste mais sans mièvrerie aucune et qui ne prétend pas donner de leçons ou de solutions toute faite. Il est plein d’une immense compassion pour ceux qui sont toujours les victimes du fanatisme : les gens !

Ceci étant, Pierre Pierre Pouchairet sait de quoi il parle. Ce n’est pas un polardeux germanopratin qui décrit du serial killer au kilomètre mais tournerait de l’œil devant une goutte de sang. Sous son air bien paisible et vaguement ironique, c’est un vrai baroudeur, un ex flic qui, histoire de ne pas s’ennuyer, a passé une bonne partie de sa carrière dans des endroits paisibles : Afghanistan, Israël, Liban… Il sait un peu de quoi il cause quoi !

Sympa, mais faut pas le faire chier non plus…

Et malgré ça, ses romans ne sont pas des romans de flic. Vous voyez le genre : les trucs un peu réacs et sans nuances qui étalent complaisamment des idées qui feraient passer Le Pen pour un dangereux gauchiste… Non, les romans de Pierre Pouchairet sont des romans d’écrivain et d’un fichu bon écrivain de surcroit.

Purée ! Après avoir dit du bien d’un ancien gendarme, voilà que je chante les louanges d’un ancien flic. Il faut que je consulte !

Et toc !

Publicités

Une réflexion sur “Un polar casher !

  1. Christ_OFF dit :

    Merci ma pile à lire s’allonge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 033 autres abonnés

Stats du Site

  • 150,600 visites

Une radio interdite aux cons !

écoutez la radio des auteurs

Faites gaffe !

Tous ces textes m'appartiennent, vu que je me suis cassé les choses à les écrire. Alors je tiens à prévenir celui qui serait tenté de les détourner sans citer ses sources ou a des fins personnelles qu'il aura la visite d'Adélaïde Renucci. Voilà. Vous êtes prévenus. Non mais !

Vous perdez rien pour attendre.

Le jour où je vais mettre des baffes à tout ce qui bouge17 août 2037
19.7 années restant(s)

Archives

%d blogueurs aiment cette page :