93 : des mesures très mesurées…

Poster un commentaire

31/10/2019 par Thomas Fiera

Edouard Philippe a annoncé des mesures supposées permettre au 9.3 de sortir de la béchamel infernale qui, depuis des décennies, constitue son quotidien…

Trois fois rien… même pas financé… autant dire pas grand-chose…

Et sur le fond, la même absence de compréhension fondamentale de ce qu’est la Banlieue, de ce que sont les cités, de ce que cela signifie – à l’époque du Smartphone, de la course à l’espace et des milliardaires triomphants – que d’être pauvre, miséreux, dans la dèche, la mouise, la merde, la mouscaille, la panade et j’en passe…

Il y a des mots pour lesquels l’imaginaire populaire s’est montré particulièrement créatif en matière de synonymes : pauvreté, peur, honte, colère…

Aussi, que l’on ait la honte, le seum, la h’chouma, les boules, les glandes, la caille,  ça va se terminer véner, avec la rage, la haine ou le zeref…

Cette foutue banlieue de merde, j’en viens… J’y ai grandi… Cité Youri Gagarine à Romainville… A l’époque déjà, c’était pas la Côte d’Azur et sans tout à fait ressembler au Bronx, on était plus proche de l’antichambre de Fleury Merogis que du couvent des oiseaux.

Mais…

(Car il y a un mais…)

Mais… à l’époque, il y avait deux ou trois trucs qui rendaient tout ça vivable ou disons supportable : des infrastructures de qualités, une vraie solidarité, une ambiance dure mais humaine, encore un peu de boulot dans les usines locales, les militants de tous poils qui assuraient la cohésion et surtout, pour ceux pas trop ramollis du bulbe, une école républicaine qui jouait son rôle émancipateur et vous permettait – au moins jusqu’à un certain étage – de grimper dans l’ascenseur social.

On en cause dans « Banlieue Est », le dernier bouquin que mon Watson à moi a consacré à mes enquêtes :

« D’abord ce sont les usines qui ont fermé, puis le parti communiste s’est effondré et tout ce qu’on a su proposer à ces gens c’est des formations bidon et l’illusion qu’ils pourraient repartir de zéro comme dans un rêve américain à la sauce franchouillarde. Ils se sont mis à voter pour n’importe qui et à faire n’importe quoi. Une économie parallèle s’est mise en place : un peu de solidarité, un peu de débrouille et pas mal de magouilles. Les caïds ont pris le pouvoir, les habitants qui en avaient les moyens ont foutu le camp et ne sont finalement restés que ceux dont les options se résumaient à peau de zob. L’insécurité sociale a laissé la place à l’insécurité tout court pendant que les partis qui auraient dû les défendre les ont laissés tomber, préférant la clientèle plus présentable des bobos en tout genre. Après ça, certains de ces gamins que la France rejetait se sont rappelé d’où étaient venus leurs parents et ont commencé à déconner sévèrement pendant que des barbus fanatiques et incultes leur farcissaient la tête de conneries médiévales. »

Belle couv’ non ?

Monsieur Philippe, le 9.3, la banlieue, les cités n’ont pas besoin qu’on leur fasse l’aumône, ni qu’on leur fasse la morale. Il faut seulement qu’on les prenne en considération. Qu’on se rappelle que c’est là que se trouve la jeunesse et donc l’avenir.

Rappelez-vous la formidable tirade du Figaro de Beaumarchais :

« Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez un grand génie ! … Noblesse, fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier ! Qu’avez-vous fait pour tant de biens ? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus. Du reste, homme assez ordinaire ! Tandis que moi, morbleu! Perdu dans la foule obscure, il m’a fallu déployer plus de science et de calculs, pour subsister seulement, qu’on n’en a mis depuis cent ans à gouverner toutes les Espagne »

La Banlieue est pleine de petits Figaro prêts à conquérir le monde et à construire la France de demain ! Cessez de les prendre pour des voyous, de la caïra, des débiles. Offrez-leur une vraie chance, de vraies écoles, une véritable éducation.

Une bien belle couv’

Donnez-leur du pouvoir, sinon ils le prendront.

Et vraiment, avant qu’il ne soit trop tard, lisez « Banlieue Est ».

Et toc !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 049 autres abonnés

Stats du Site

  • 161 983 visites

Une radio interdite aux cons !

écoutez la radio des auteurs

Faites gaffe !

Tous ces textes m'appartiennent, vu que je me suis cassé les choses à les écrire. Alors je tiens à prévenir celui qui serait tenté de les détourner sans citer ses sources ou a des fins personnelles qu'il aura la visite d'Adélaïde Renucci. Voilà. Vous êtes prévenus. Non mais !

Vous perdez rien pour attendre.

Le jour où je vais mettre des baffes à tout ce qui bouge17 août 2037
17.2 ans restant(s)

Archives

%d blogueurs aiment cette page :